Forum du site Bilis Magic World

Close-Up, Magie générale, Manipulation, Magie Comique, Mentalisme,
Illusions d'optiques, Grandes illusions,...
6 message(s) Page 1 sur 1
Bonjour à tous :D

Je ne sais pas par où commencer, si ce n'est peut être par ce qui m'a amené à cette réflexion que je souhaite maintenant vous proposer, en espérant qu'elle amènera une plus large discussion : Je travaille actuellement les techniques du spread cull et du top change et je me suis pris de fascination pour celles ci. J'ai réalisé qu'elles donnaient une réelle liberté à celui qui parvient à les mettre en oeuvre et partant de là j'ai commencé à penser à l'improvisation.

Je sais que la question de l'improvisation a été rapidement abordée dans ce topic Sujet 1 et par ailleurs Natinat a fait des remarques très intéressantes, remarques que je m'étais également faites de mon côté.

:idea: :idea: :idea:
Mais déjà, qu'est-ce que l'improvisation ? Eh bien si l'on s'amuse à recouper différentes définitions du mot improvisation on remarquera qu'il s'agit d'une part : d'un processus créatif et que d'autre part que l'improvisation est associée à l'idée d'imprévu ; mais ce peut également être la capacité à élaborer une solution à un problème particulier malgré l'absence des ressources attendues pour produire une solution.

En relisant le sujet, il m'a semblé que l'on passait à côté d'une question/thème intéressant: en effet seule la question de l'improvisation du texte a été abordée, mais qu'en est il du tour ou de l'effet improvisé ? Et puis Payot soulevait une question très juste : comment réagir face à telle ou telle situation ? Dans ces trois cas il s'agit d'une facette de l'improvisation que l'on retrouve dans les définitions que j'ai énoncées plus haut.

L'improvisation se trouve à la base de plusieurs disciplines, je ne parlerai que de celles que je connais (plus ou moins) bien, la musique et le théâtre. Je me permet de redire ce que Natinat avait déjà très bien expliqué : un musicien lorsqu'il improvise ne part pas de « nul part », il connait la tonalité du morceau et donc sait quelles gammes il peut ou ne peut pas jouer, il respecte donc le cadre fixé par le morceau ; par exemple le morceau est en La mineur, en triolet et c'est un blues . Il a donc déjà des pistes autour desquelles travailler, un cadre et les outils pour le faire, c'est à dire des gammes qu'il a apprise par coeur dans un sens comme dans l'autre et des plans, des phrases musicales qu'il a répété ou composé et qui font peut être partie de sa signature musicale.

Au théâtre, l'improvisation est un genre bien particulier. Dans le théâtre de la commedia dell' Arte l'improvisation se fait autour d'un canevas : c'est à dire que l'histoire est connue dans ces grandes lignes : A et B s'aiment d'un amour réciproque mais C s'oppose à leur union, D décide de les aider. Les acteurs connaissent aussi l'issu de l'histoire : A et B se marient. Les acteurs ont le début et la fin de l'histoire, il ne leur reste que le chemin qui mène à la résolution de l'histoire à improviser. Le thème de l'histoire donc n'est pas improvisé.

Concernant le musicien, ces phrases musicales toutes prêtes et ces gammes apprises par coeur, on peut s'interroger sur la par de spontanée dans l'improvisation si tout est si bien cadré... Il ne faut pas négliger la capacité du musicien à être imaginatif/inventif ainsi que son expérience (la musique qu'il écoute et aussi depuis combien de temps il improvise). C'est le même raisonnement pour l'acteur, avoir un cadre, lui permet d'improviser plus librement. Enfin plus on improvise, meilleur on devient.

L'improvisation est donc paradoxale car elle se prépare et se travaille, il y'a des astuces, des outils qui permettent d'improviser avec plus d'aisance.

:idea: :idea: :idea: :idea:
Voilà qui m'amène à la deuxième partie de ma réflexion ; quels sont les outils du magicien qui souhaite improviser ? N'y a t'il pas des techniques qui permettent une plus grande liberté  ? J'en ai évoqué deux en introduction : le cull et le top change, mais il y'en a d'autres : l'empalmage par exemple, la corne, différents contrôles... A contrario y aurait il à votre avis des techniques qui se prêtent moins à l'improvisation ?

Ca c'est pour l'improvisation techniques mais on parlait aussi du texte : la spontanéité évidemment est importante mais n'y a t'il pas des « outils » pour nourrir son imagination et avoir une improvisation plus élaborée ? On pourrait par exemple imaginer « recycler » un texte en le réadaptant, la lecture en général, les faits divers, un scénario de film sont aussi des possibilités exploitables.

Voilà un peu, l'état de mon esprit à 1h46 du matin, heure à laquelle j'écris :mrgreen: . Ce sont des pistes, des idées qui peuvent peut être servir à quelqu'un ou qui pourraient initier qui sait un brainstorming sur l'improvisation !

:?: :?: :?: :?: :?:
Pensez vous qu'il y'a des techniques clés pour improviser en magie ? Comment travailler sa capacité à improviser le texte ? Rattraper une erreur ? Recadrer un spectateur gênant ? Vous êtes vous déjà retrouvé en position de devoir improviser ? Ou avez vous déjà fait le choix délibéré d'improviser quelque chose parce que le contexte s'y prêtait bien ? Si oui quelles étaient vos impressions, et si non, pourquoi ne pas essayer ? Pensez-vous que l'improvisation est une bonne base de départ pour la création de routine plus élaborées par la suite ? (Comme par exemple les groupes qui enregistrent leurs improvisations, ne retravaillent que les meilleures pour ensuite en faire des tubes).
:?: :?: :?: :?: :?:

Pour illustrer je voudrais vous donner en exemple ma soirée d'hier soir : j'étais à la table d'un bar avec des amies et j'avais une idée obsédante en tête : Je voulais leur faire choisir chacune une carte et retrouver chacune de ces cartes d'une manière plus surprenante à chaque fois que la précédente. J'avais donc l'idée, le cadre. Je vous décris le tour brièvement : Trois spectatrices choisissent chacune une carte, les cartes sont remise dans le jeu qui est mélangé par mes soins. Je présente à mes spectatrice ma carte chance que je confie à celle qui a été la dernière à choisir une carte, en lui demandant de la garder bien serrée entre ses mains. Ensuite, je me propose de retrouver la première carte, une passe magique : la carte est face en l'air dans un jeu face en bas. Ensuite j'énonce que la deuxième carte choisie n'est plus dans le jeu car elle est dans l'étui, je secoue l'étui et la carte en tombe. Enfin je rappelle qu'au début j'ai confié ma carte chance à une spectatrice, qui découvre que la carte chance s'est transformée en sa carte, dans ses propres mains...

Bien sûr ce n'est pas original puisque je suis sûr que plein de tours ont déjà été publiés pour obtenir ce résultat, en revanche c'est improvisé car pensé sur l'instant. Evidemment j'étais influencé par les mouvements que j'étudie en ce moment, des choses que j'ai pu voir ou lire aussi (La carte qui se retourne, la carte dans l'étui ou la transformation en main ce sont des classiques en fait ). Finalement je n'ai improvisé que dans la limite de mouvements que je connaissais, mais il y'a toujours la part de spontanéité le « aller je me lance ». Et puis il y'a aussi le fait de se confronter à certains problèmes que l'on n'a pas envisagé : par exemple un angle malheureux qui a un peu gâché le deuxième effet.

A mon avis, l'improvisation donc c'est un exercice créatif et ludique. C'est une sorte de gymnastique de l'esprit: il faut penser plus vite, jongler et faire des choix mais parfois ça ne suffit pas. Pour ce qui est de cette fois, c'était plutôt grisant.

Voilà, j'ai essayé d'être le plus clair possible, d'illustrer mes propos. J'espère que ça vous aura intéressé et que vous vous joindrez à ce brainstorming ou au moins que vous répondrez aux différentes questions que j'ai posé un peu plus haut, vos réponses seront sans aucun doute intéressantes et peut être donneront des idées au lecteur suivant.

Bref, n'hésitez pas à réagir et à développer si le sujet vous intéresse :ugeek:
Vaste sujet,
L'impro évidemment se travaille, plus tu auras de techniques et tours maîtrisés plus tu auras de idées et de possibilités.
Plus tu auras de l'expérience à travailler en public plus tu auras de facilité à laisser ton esprit vagabonder.
En magie aussi tu auras des trames qui te guideront et ce que tu auras essayé t'aidera pour la fois d'après et fera petit à petit boule de neige.
Avec les années comme en musique ou au théâtre les impros sont construites sur ce que tu a déjà fait et te guident sur des chemins différents.
Une chose que nous avons à travailler en plus de la musique , c'est les réactions des spectateurs qui peuvent nous obliger à transformer ce que nous sommes entrain de construire.
B.Bilis
En effet, comme vous dites, c'est un vaste sujet ! J'aime cette idée que l'on puisse rendre la magie encore plus interactive, je me dis que ça peut renforcer la relation publique/magicien. Après avoir posté j'ai continué à chercher un peu ce qui se dit sur la magie et l'improvisation : J'ai découvert l'expression de "Jazz magie", l'expression est intéressante VU ICI

Dans la discussion que j'ai lue tous n'étaient pas vraiment d'accord sur l'origine, le sens du mot etc mais c'est un concept, pourquoi pas: un show complètement improvisé selon l'humeur, le contexte ainsi que les réactions et attentes du public ! Dans l'idée ça donnerait quelque chose comme ça (vidéo de Dani Daortiz.

On voit bien sur la vidéo qu'il faut une certaine aisance voir même virtuosité, c'est de l'improvisation de haut niveau. J'espère que les autres auront aussi envie de réagir voir pourquoi pas, partager des anecdotes. :D
Salut !

J'aime beaucoup l'exemple avec le théâtre et le canevas, cela illustre bien l'improvisation telle que je la conçois ;)

Je veux peut être me répéter par rapport à mon post sur le sujet 1, mais voilà mon avis sur l'improvisation : pour moi, il existe plusieurs types d'improvisation.
-La première, à bannir, est l'improvisation "fifou". Par exemple un magicien qui se dit : "tient ! et si j'improvisais ?" et puis il fait choisir une carte, il ne sait pas trop quoi faire ensuite alors il la remet dans le jeu, il la contrôle, et il la fait réapparaître. Wouaouh ! Quelle improvisation ! :| :oops: A la fin, il est content, mais ce dont il ne s'est pas rendu compte, c'est que pendant il réfléchissez à ce qu'il allait faire, il ne disait rien ou bien balbutiait quelques mots sans qu'ils aient un sens clair. Le tout fait que l'impact est très faible. Par comparaison, c'est un guitariste qui tente d'improviser, alors qu'il ne sait même pas ce qu'est une gamme.
-La deuxième, est l'improvisation "plus musical", la jazz magie. Elle se différencie de la première par le fait que le magicien est plus expérimenté, il est bon techniquement mais aussi en présentation. En comparaison, c'est un guitariste qui connait ses gammes et qui a déjà improviser quelques phrases musicales.
-La troisième, c'est l'as de l'improvisation, il connait parfaitement de nombreuses techniques, les empalmages, c'est son dada, il utilise le jeu mémorisé (j'y reviendrais par la suite). Il improvise toutes ses représentations. C'est le guitariste qui ne sait qu'improviser. Mais qui improvise merveilleusement bien. Le problème, c'est que le magie est différent de la guitare. L'improvisation à la guitare, ça fonctionne très bien, l'improvisation à la magie, c'est plus compliqué. Ce magicien aura beau enchaîner des tours improviser, bien que cela tienne plutôt la route, ses tours seront confus, indirect, il perdra ses spectateurs, ils n'auront jamais de véritable présentation et ne seront pas doter d'une "atmosphère magique". Il ne faut pas oublier que l'on fait de la magie pour les spectateurs et non pas pour satisfaire son égo en se disant : "ouai, moi je fais de la magie improvisé!". C'est le problème pour les 3 premiers types d'improvisation.
-La quatrième, c'est "l'improvisation" préparé. C'est celle que je prône et celle qui s'apparente le plus au théâtre improvisé. On a un tour, un canevas, donc on connait le tour que l'on va faire. C'est une improvisation préparé, car à la maison, on appris la première et la dernière phrase à énoncé. Ensuite, pour le reste du tour, quelques mots et expressions corporelles clés suffisent. Ainsi, on a un début, une fin, et quelques étapes intermédiaires (les mots/expressions clés) et lorsque l'on fait ce tour, on improvise le reste. Ainsi, on aura la quintessence du tour, tout en laissant place à son imagination. De cette façon, on a un tour à fort impact (parce que préparé) et à la fois improvisé. Voilà comment je définirais l'improvisation.
En conclusion, pour moi, un tour improvisé aura toujours un impact plus faible qu'un tour préparé, alors, à quoi bon improviser ?

Je réponds à quelques de tes questions :
quels sont les outils du magicien qui souhaite improviser ? N'y a t'il pas des techniques qui permettent une plus grande liberté ?

A mon avis, l'outil le plus approprié pour improviser (pour le troisième et quatrième type d'improvisation), c'est le jeu mémorisé. Avec lui, tu ne seras jamais à cours d'effet, et ils seront variés. Je t'invite à lire les 3 pages qu'à écrit Juan Tamariz sur l'improvisation avec sa Mnémonica dans le tome 1 de Mnémonica.

Pensez-vous que l'improvisation est une bonne base de départ pour la création de routine plus élaborées par la suite ? (Comme par exemple les groupes qui enregistrent leurs improvisations, ne retravaillent que les meilleures pour ensuite en faire des tubes).

Bien que pour moi, les 3 premières formes d'improvisation soient à bannir (surtout la première), si on commence à improviser en se disant que l'on va déclencher un processus créatif pour essayer de créer des tours, alors pourquoi pas, effectivement, improviser peut stimuler notre imagination. Et puis une fois qu'on a trouver un tour en improvisant, on le travaille à la maison, on structure bien le tour, et on lui applique le quatrième type d'improvisation (phrases début/fin, mots/expressions corporelles clés). Et enfin, on improvise préparé avec ! ;)

Voilà les réponses que j'apporte pour le brainstorming ! Je tiens à ajouter que ce que je dis est ce que je pense de l'improvisation et que ce n'est en aucun cas une vérité absolu, tout le monde peut avoir des avis différents :roll:
A vos claviers !
Natinat,
Si vous ne connaissez pas le Fingerstyle Guitar ou que vous aimez en écouter, n’hésitez pas à aller voir ma chaîne : https://www.youtube.com/channel/UCFFwiM ... aZA_JN2xfg C'est un style de jeu qui requiert une certaine dextérité, comme la cartomagie ;)
Merci Natinat pour ta réponse !

Je n'aurais pas autant divisé les différentes formes d'improvisation, à mon avis il y'a les gens qui préparent, ceux qui improvisent et parmi ceux qui improvisent, ceux qui le font bien et ceux qui le font mal. Pour reprendre l'expression musicale de jazz magie, il y'aura ceux qui improvisent bien parce qu'ils connaissent leur instrument et ceux qui improvisent mal parce que ceci ou cela. Idem pour ceux qui préparent leur tour d'ailleurs, il y'a des gens qui préparent bien et ceux qui préparent mal ou moins bien.

Mais de manière générale il y'a toujours une part d'imprévu dans une routine ou un tour de magie et qui t'oblige à improviser: la configuration des lieux, un spectateur désagréable etc

Après pour l'impact du tour préparé par rapport au tour improvisé je ne sais pas, regarde la vidéo de Dani Daortiz les spectateurs n'ont pas vraiment l'air de s'ennuyer le tout c'est que le magicien reste à l'écoute du spectateur :)

Mais bon, l'improvisation en tant que telle je n'en ai qu'une vision théorique, ne la pratiquant pas moi même et n'en ayant jamais vu...

Je n'ai pas le livre mnémonica de Juan Tamariz, ça sera pour une acquisition future ! :D
Perso, hier dans ma classe on a fait un petit goûter et il y a un magicien dans ma classe qui a fait deux tours de cartes qu'il avait prévu. Une fois qu'il avait fini, une fille de ma classe me demande si je voulais pas faire un ou deux petits tours, alors qu'à la base j'avais rien prévu puis je ne savais pas que l'autre magicien de ma classe avait prévu quelque chose. Donc du coup, je n'ai pas pu dire non quand tu es dans l'élan et je lui ai emprunté ses cartes et j'ai fais en premier "billy the kid" qui les a schotché même les profs et puis une carte indicatrice. Du coup, je pense que j'ai bien improvisé puisque personne savait dans la classe que je faisais de la magie à part quelques-uns et du coup, dès que tu fais un effet fort dès le début, ça reste dans la mémoire des spectateurs et après tu peux tout faire et ça sera de la vraie magie, et il te voit comme un vrai magicien.
Ce qui était cool, c'est que j'ai été pris de cours mais je n'ai pas eu peur, mes mains ne tremblaient pas du coup j'étais vachement à l'aise et j'avoue que certains ont peur des empalmages mais même devant 40 personnes, personne n'a remarqué mon cop palm, en gros c'était super.

Et au fait Bernard, vous aviez raison quand vous m'avez dit "les gens qui ne t'aiment pas diront que tu manipules comme un pied" ;) mais bon... :D
6 message(s) Page 1 sur 1

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)

cron